Santa & Cie, une alternative aux rediffusions de noël

©Gaumont Distribution

Santa & Cie
Sorti le 6 décembre 2017
1h35
Comédie
De Alain Chabat Avec Alain Chabat, Golshifteh Farahani, Pio Marmai

Rien ne va plus à l’approche du réveillon : les 92 000 lutins chargés de fabriquer les cadeaux des enfants tombent tous malades en même temps ! C’est un coup dur pour Santa (Claus), plus connu sous le nom de Père Noël… il n’a pas le choix : il doit se rendre d’urgence sur Terre avec ses rennes pour chercher un remède. À son arrivée, il devra trouver des alliés pour l’aider à sauver la magie de Noël.

©Nicolas Guiraud – 2017 LEGENDAIRE / GAUMONT

C’est bientôt noël : les cadeaux, le repas de famille, la bûche, le tonton complètement torché alors qu’il n’est pas encore 18H et tout un tas d’autres traditions de familles. Et comme chaque année, on va se taper la énième rediffusion de Maman j’ai raté l’avion, de Whoopi Goldberg qui sauve noël, de la trilogie de noël de Tim Allen et bien d’autres films qui reviennent encore et toujours pour envahir votre petit écran.

©Nicolas Guiraud – 2017 LEGENDAIRE / GAUMONT

Nous sommes en 2017 après Jésus Christ toutes la grille des programme est entourée de rediffusion. Toutes non ! Il existe un irréductible qui a décidé de résister encore et toujours à l’invasion des rediffusions. Et c’est avec le Père Chabat de noël que l’on passera les fêtes.

Pour ce noël, Alain Chabat vous propose de découvrir un nouveau conte de noël et une aventure pour le Père Noël.

©Nicolas Guiraud – 2017 LEGENDAIRE / GAUMONT

Le début du film, avec la découverte de la fabrique de jouets, fait étrangement penser à la fabrique de Charlie et la chocolaterie (version Burton). Après la découverte de ce monde, c’est un peu la perte de la magie que l’on redoute et c’est effectivement ce qui arrive. On passe très rapidement d’un film ou plutôt d’un conte qui nous émerveille, à la dure réalité des choses et plus particulièrement, on tombe dans la comédie qui patine beaucoup et qui n’hésite pas à dégouliner de bons sentiments et de moments guimauves.

Si l’on s’attendait à retrouver l’esprit d’un Alain Chabat en pleine forme, force est de constater que c’est plutôt un Chabat en petite forme qui a du mal à se sortir de ce côté film de noël principalement pour les enfants. Ce n’est uniquement que pour les adultes qu’Alain Chabat reprend un peu de souffle, car ce n’est vraiment que dans ces moments que l’on retrouve les détournements et quelques clins d’œil à d’autres moments de la carrière du réalisateur/acteur/scénariste. Le plus évident étant l’affiche de Red is Dead.

Malheureusement, il s’enlise de plus en plus dans son scénario, ne sachant pas réellement comment se sortir de cette guimauve qu’il a lui-même mise en place. Pour un film de noël, le cahier des charges est respecté, mais cela ne dépassera pas le minimum prévu.

©Nicolas Guiraud – 2017 LEGENDAIRE / GAUMONT

Les moments drôles ont du mal à s’enchaîner et à faire rire, et l’on se retrouve, finalement, avec une situation qui se répète encore et encore jusqu’à quelques sursauts sur la fin.

Dans un article, Alain Chabat disait qu’il lui avait fallu que 2 ans pour ce film ce qui est très rapide pour lui, et l’on se demande si justement ce n’est pas cela qui fait que le film manque de cette patte qui d’habitude marche.

Ce qui sera les meilleurs moments dans ce film, c’est quand Alain Chabat détourne les codes des films de noël pour s’en moquer. Rien que le fait que le Père Noël n’y connaît rien aux enfants et qu’il a du mal à s’y habituer et à s’habituer au monde moderne reste de bons moments dans le film.

Mais faut dire qu’il y a aussi des moments assez cheap, surtout au niveau des dialogues. Rien que le « je suis le père noël et j’ai des cadeaux à livrer » a un côté un peu ringard, un côté discours de téléfilm qui sort un peu de n’importe où.

Ce qui restera tout de même le plus merveilleux dans ce film, c’est les décors du monde du père noël, même si cela semble un peu trop pompé sur les décors de Charlie et la Chocolaterie mais en mode noël. Et pour une production française, on reste assez étonné de la qualité des effets numériques qui sont présents en nombre.

 

Santa & Cie est la possibilité d’avoir un film de noël original pour les fêtes plutôt que de se retaper une énième rediffusion d’un film que l’on voit encore et toujours chaque année. Mais si l’on s’attend à voir une grande comédie signée par Alain Chabat, finalement ce film arrive difficilement à dépassé le cahier des charges du film familial de noël. On retrouve que rarement la patte du chef des Nuls et l’on se retrouve souvent devant une comédie poussive qui a du mal à trouver son rythme.

PoucePouceDemi

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :