La rétro de l’ancien blog – Le labyrinthe : la terre brûlée

Le Labyrinthe : La Terre brûlée (Maze Runner: The Scorch Trials)
Sorti le 07 octobre 2015
2h13
Action, Aventure, Science-Fiction
De Wes Ball Avec Dylan O’Brien, Ki Hong Lee, Kaya Scodelario
Distribué par 20th_Century_Fox_logo.svg

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Dans ce second volet de la saga épique LE LABYRINTHE, Thomas et les autres Blocards vont devoir faire face à leur plus grand défi, rechercher des indices à propos de la mystérieuse et puissante organisation connue sous le nom de WICKED. Or le monde qu’ils découvrent à l’extérieur du Labyrinthe a été ravagé par l’Apocalypse. Leur périple les amène à la Terre Brûlée, un paysage de désolation rempli d’obstacles inimaginables. Plus de gouvernement, plus d’ordre… et des hordes de gens en proie à une folie meurtrière qui errent dans les villes en ruine. Les Blocards vont devoir unir leurs forces avec d’autres combattants pour pouvoir affronter WICKED et tenter de défier son immense pouvoir.


C’est en octobre 2014, que sortait le premier volet de Labyrinthe, nouvelle adaptation d’un succès littéraire jeunesse. Tout comme après un succès au cinéma, la suite a vite était mis en préparation et voilà qu’elle est sortie dans les salles.

Ce dont on peut s’inquiéter, c’est toujours la perte de qualité après le succès comme on a pu le voir avec le second volet de Divergente ou le troisième volet d’Hunger Games.

Même si au début du film, on se dit que l’on pourrait tomber sur une des rares perles, qui font qu’une suite pourrait être meilleure que le premier volet, on déchantera assez rapidement.


Avec un excellent démarrage bourré d’action et de péripéties, on atteint assez rapidement une seconde partie de traversée du désert pour les personnages et de traversée du désert de l’ennui pour le spectateur.

Le rythme de ce film, c’est un peu du n’importe quoi, car le film démarre très haut, puis baisse petit à petit, pour avoir de temps en temps un petit sursaut, mais l’on n’atteindra jamais le niveau du début du film, jusqu’à la fin qui commence à remonter la pente pour être assez brusquement interrompu avec une scène de fin qui casse encore plus le rythme, juste pour annoncer un troisième volet dont on connaissait déjà l’existence.

Ce que l’on peut dire de l’histoire de ce second volet, c’est que l’on n’atteint pas ce que l’on a eu avec le premier volet. On sent clairement qu’il y a un manque d’idées et que le scénario tourne dans le vide et en rond, avec toujours les mêmes constructions de scènes.

Dans le premier volet, il y avait l’installation d’une ambiance, d’un certain suspens de l’histoire, mais ici, ce n’est pas le cas. On ne sait pas réellement sur quels pieds danser, car on ne sait absolument pas ce que l’on veut nous faire voir.

Le résultat de ce film, c’est qu’on pourrait dire qu’il a été fait à la va-vite et que beaucoup d’éléments, qui ont fait le succès du premier, ont été oubliés pour cette suite sortie à peine un an après le précédent film. Beaucoup trop d’effets brouillons où l’on se contente de tenter de remplir certains vides scénaristiques même si l’on doit réutiliser encore et toujours les mêmes grosses ficelles.


Après, je n’ai pas lu les livres, je ne critiquerai pas le coup des zombies ou des espèces de mutants, c’est peut-être le choix de l’auteur, mais au niveau visuel, c’est assez moche. On a un mélange entre des acteurs déguisés avec des costumes qui semblent sortis de La nuit des morts-vivants de Romero et des personnages en CGI qui sont moche dans le mauvais sens car ils jurent par rapport au reste de l’image.

Après, il y a l’histoire de la conversion du film pour la 3D, car tout comme les effets numériques, on a l’impression d’être retourné en arrière. Au niveau de l’image, on cumule les plans pour faire de jolis décors pleins de profondeurs sauf que si l’on voit le film en 2D, on se demande si la copie n’a pas été convertie 3D pour être remise en 2D plutôt que d’utiliser la copie de départ. L’image a beaucoup trop tendance à être floue que ce soit le premier ou le second plan, on ne peut jamais avoir une image entièrement nette et au final, on sort avec un bon mal de tête comme si on avait vu le film en 3D passif alors que je le répète, la séance était en 2D.


Concernant la réalisation de Wes Ball, on se demande un peu ce qu’il y a pu se passer. Le film est une conversion 3D, mais il semble que le réalisateur ait fait tout son possible pour se retrouver à faire des plans pour de la profondeur et qu’en-dehors de cela, il ne s’agira presque plus que du plan fixe. La réalisation semble assez bateau qui bouge un lors des scènes d’action, mais qui ne fait plus rien durant le reste du film.

Alors que dans le premier volet, je trouvais que le casting jouait assez bien malheureusement dans ce second volet, on peut trouver que le casting s’en moque totalement. On n’y croit plus trop, à croire qu’ils ont rejoint la Kristen Stewart Academy, où l’on apprend que faire la gueule suffit pour être acteur.

 

Beaucoup moins convaincus par ce second volet de Labyrinthe que par le premier. Le film démarrait pourtant très bien, mais l’on atteint assez rapidement les limites du film. Après, il ne s’agira que d’une longue traversée de l’ennui avec quelques sursauts d’intérêts, mais pas de quoi tenir à la base pour 2h13 de film. Avec un budget de 61 millions (le premier était de 34 millions), le budget a dû passer dans la conversion du film en 3D vu tous les efforts mis en œuvre par le réalisateur pour faire un film avec des décors tout en profondeur. Malheureusement, tout le reste a été mis de côté et de voir ce film en 2D donne l’impression que l’on est retourné en arrière, car les plans pour la 3D donnent un résultat très flou en 2D. Il ne reste pas grand-chose dans ce second volet qui avait permis d’apprécier le premier volet, il y a une baisse assez significative de qualité, qui n’a certainement pas uniquement la précipitation de vouloir sortir un film un an après. Cela fait penser au second volet de Divergente fait également à la va-vite avec un scénario tout aussi vide et plat.

PoucePouceDemi

Famila

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :