Comme des bêtes 2 – 3 histoires et au lit !

©Universal Pictures International France

Comme des bêtes 2 (The Secret Life of Pets 2)
Sorti le 31 juillet 2019
1h26
Animation, Comédie
De Chris Renaud, Jonathan Del Val Avec Philippe Lacheau, Willy Rovelli, Julien Arruti

Le Fox-Terrier Max doit faire face à un grand bouleversement : sa propriétaire Katie s’est mariée et a eu un adorable bébé, Liam. Max est tellement obsédé par la garde du petit, qu’il en développe des troubles obsessionnels du comportement. Lors d’une excursion en famille dans une ferme, Max et le gros Duke vont faire la connaissance de vaches souffrant d’intolérances aux canidés, de renards hostiles et d’une dinde monstrueuse, ce qui ne va pas arranger les tocs de Max. Heureusement il va être conseillé par le vieux Rico. Ce chien de ferme aguerri le pousse à dépasser ses névroses, afin de trouver l’Alpha qui sommeille en lui et laisser le petit Liam respirer.
Pendant ce temps, alors que son maître est absent, Giget, la petite Loulou de Poméranie, essaie de sauver le jouet préféré de Max d’un appartement infesté de chats avec l’aide de l’imposante Chloe, devenue complètement accro à l’herbe à chat.
Pompon, l’adorable petit lapin complètement cintré, pense qu’il a des superpouvoirs depuis que sa propriétaire Molly lui a acheté un pyjama de super héro. Mais quand Daisy, une Shih Tzu téméraire, vient l’embarquer pour une mission périlleuse, il lui faudra rassembler tout son courage pour devenir le héro qu’il n’était pour l’instant que dans ses fantasmes.
Max, Pompon, Gidget et le reste de nos petits amis trouveront-ils le courage d’affronter leurs plus grandes peurs ?

©Universal Pictures

Le studio Illuminatîon continue son petit bonhomme de chemin dans le monde de l’animation et comme tous les studios avant lui, le studio passe de plus en plus souvent par la case suite (3 volets de Moi, moche et méchant, deuxième pour Comme des bêtes et prochainement un second volet pour Les minions et Tous en scène) que par la case nouveautés (dernier film original en 2016 avec Comme des bêtes et Tous en scène), tout en faisant un détour par la case adaptation (Le grinch, le Lorax et Mario en 2022).

Et comme l’avait déjà démontré le studio avec le dernier volet de Moi, Moche et méchant, quand il s’agit d’une suite, le studio fait comme les autres et a du mal à offrir un film à la hauteur du précédent volet.

©Universal Pictures

On va passer sur la qualité de l’animation, car l’on a atteint un niveau qui fait que rare sont les films d’animation avec une animation bâclés. L’animation est fluide, belle et haut en couleur, ce qui est un standard aujourd’hui.

On va plus se pencher sur le scénario et c’est là qu’Illumination perd beaucoup de points.

Alors que le premier film offrait une histoire sympathique et bien ficelée, cette fois-ci ce n’est pas vraiment le cas.

©2019 Universal Pictures

Il y a une histoire principale avec Max & Duke, qui servira de fil rouge pour ce film. À cela, s’ajoutent une histoire pour Ponpon et une autre avec Chloé. Les personnages se réunissant à la fin du film. Et c’est cela le plus gros problème de ce film, c’est que l’on a trois histoires différentes qui doivent en faire qu’une seule à la fin. Déjà, cela fait que l’on a l’impression de voir trois courts-métrages totalement indépendants les uns des autres. Ensuite, le fait que l’on passe d’une histoire à l’autre pour aller vers la troisième, puis revenir sur la première, ce système de construction n’est pas à l’avantage du film, car cela casse le peu de rythme qu’arrivent à atteindre les différentes histoires. D’autant plus, que les histoires finissent par se raccrocher les unes aux autres de façon un peu forcée et que cela se ressent grandement tellement cela semble être totalement incohérent. Et si vous aviez eu l’idée de lire le synopsis au-dessus de tout cela, vous avez découvert 90 % du film.

©2019 Universal Pictures

Film d’animation pour les enfants principalement, rime souvent voir toujours avec comédie. Et si 90 % de l’histoire est lisible dans le synopsis, et bien, 90 % des gags du film sont dans les bandes-annonce. De plus, le niveau de l’humour de ce film ne dépasse pas le niveau de la cour d’école primaire et souvent, ce sont des gags où l’on se dit que « ça passe ou ça casse« . Et malheureusement, la plupart du temps, ça ne passe absolument pas. Il ne faudra pas chercher de sous-texte à ce film d’animation et les thèmes abordés ont déjà été abordés à plusieurs reprises, et même dans les films d’Illumination.

 

Y avait t’il une utilité à faire une suite à Comme des bêtes ? La réponse est non

Cette suite était donc dispensable et en plus, elle n’est absolument pas une réussite. Le film est composé de trois histoires distinctes et l’on n’arrête pas de passer de l’une à l’autre. Cela fait que le rythme du film est cassé en permanence et surtout, à la fin, les trois histoires doivent se réunir pour n’en faire plus qu’une. Et l’on sent que cela a bien été forcé et que l’on n’a pas hésité à faire dans l’incohérence pour que cela se raccroche ensemble. Le côté comique de ce film est d’un niveau très bas, déjà vu ailleurs et surtout vu dans son ensemble dans les bandes-annonce. Seul bon point : l’animation qui respecte les standards du film d’animation. Illumination démontre un manque d’originalité et un essoufflement confirmé depuis quelque temps.

PouceDemi

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :